Chicons au gratin et son stoemp.

Ce soir, nous avons mangé un grand classique de la cuisine belge : des chicons au gratin.

Un peu d’histoire : d’où vient donc le chicon ?
De Belgique pardi.
En 1830, lors de la Révolution Belge, Jan Lammers, un agriculteur doit quitter sa ferme de la vallée Josaphat (actuel parc Josaphat à Schaerbeek pour ceux qui connaissent) pour aller combattre les Hollandais. Il laisse sa récolte de racines de chicorées recouvertes de terre dans sa cave.
A son retour, il la retrouve ayant germée : Elles ont donné des feuilles blanches comestibles (ce qui lui donnera son nom flamand : Witloof (c’est à dire feuille blanche en néerlandais) ).

Avant:

Après:

Chicons au gratin et son stoemp.

Ingrédients pour quatre personnes:
– 6 chicons moyens
– 15 cl de lait
– 4 tranches de jambon dégraissé ou à l’os
– 1 gousse d’ail
– 2 cuillères à soupe de farine
– 50 g de beurre
– 100 g de gruyère suisse râpé
– 2 tranches de pain (sec si possible – sinon grillé)
– Sel, poivre, muscade

– 500 g de pommes de terre bintje (ou autres farineuses)
– 100 ml de crème 35%
– 100 g de lardons
– 1 œuf
– 20 g de beurre

Préparation
– Effeuillez vos chicons jusqu’à ce qu’il ne vous reste que les cœurs.
– Faites cuire et braiser les chicons dans une casserole dans le beurre avec un petit peu d’eau.
– Ajouter l’ail haché. Saler et poivrer
– Laisser cuire à feu moyen en surveillant.
– Lorsque vos chicons sont tendre, égouttez les afin d’éviter que l’eau contenue dans ceux-ci ne vienne perturber la consistance de la béchamel lors de la cuisson au four.
– Préchauffez le four à 200°C.
– Réutilisez la casserole pour faire cuire vos pommes de terre avec de l’eau bouillante salée.
– Préparez la sauce béchamel
– Faites fondre le beurre et ajoutez la farine.
– Mélangez hors du feu.
– Versez 10 cl du jus de cuisson des chicons dans le poêlon et mélangez bien.
– Remettre sur le feu et ajoutez le lait.
– Laissez prendre la sauce en mélangeant doucement.
– Ajoutez le gruyère râpé, salez un peu, poivrer et ajoutez la noix muscade selon le goût.
– Etalez les tranches de jambon et roulez-y des feuilles de chicons. (en réservant le cœur pour plus tard)
– Posez les dans un plat et recouvrez les de la sauce béchamel.
– Placez des petites tranches de pain sec autour des chicons pour éviter que l’eau des chicons ne perturbe la béchamel.
– Parsemer le plat de gruyère râpé et placez le dans le four pendant 20 minutes.
– Ecrasez les pommes de terre au presse-purée et ajoutez un peu de beurre, la crème, l’œuf et les lardons.
– Ajoutez les cœurs de chicons découpés en petit morceau.
– Assaisonnez de sel, poivre et noix muscade.

The following two tabs change content below.
Moi

Derniers articles parmiguel (voir tous)

3 thoughts on “Chicons au gratin et son stoemp.

  1. Bonne idée de servir un stoemp avec les chicons aux gratins. J’y ai jamais pensé tant pour moi ce sont toujours 2 plats différents mais l’idée est très bonne.

    POur les chicons, veille à les cuire très doucement à l’étuvée. L’eau n’est pas nécessaire mais tu peux ajouter un brin de cannelle.

    Il faut les égoutter plusieurs heures pour vraiment laisser tout le jus s’égoutter. Tu peux mêmes les cuire le jour avant pour être sûr.

    Pour le stoemp, toujours écraser à la fourchette pour garder de gros morceaux et éviter que ta purée ne commence à être trop pâteuse.

    Sinon, bon appétit

  2. Miam.

    Traditionnellement dans ma famille, on ajoute encore une couche de fromage râpé par-dessus, pour faire une belle croûte.

    Sinon, moi j’adore le chicon braisé: je coupe les chicons en 2, je fais braiser au beurre (enfin, au Becel liquide, cholestérol oblige), sel + poivre et 2 cuillers à café de cassonade brune foncée.
    Je les aime super-cuits, caramélisés (grâce au sucre, qui élimine en plus toute trace d’amertume du chicon).
    Servi avec une viande blanche, ou un simple magret de canard poêlé, c’est top.

    A+

  3. Bravo pour vos recettes délicieuses et votre magnifique petite fille. Comme je vois que vous aimez l’histoire je vous informe que lorsqu’on ajoute du fromage, la béchamel perd son nom pour s’appeler Mornay. Amitiés.

Laisser un commentaire