Gaume – Samedi

Reveil matinal à 8h. Un peu de brouillard.

Petit déjeuner rapide, toilette comme il se doit et direction Bouillon.

Coup de chance, c’est jour de marché. Nous avons jusqu’à 11h pour profiter de la ville et faire nos emplettes pour ce soir (assiette ardennaise en entrée et pâté Gaumais en plat).

DSC_0442
Logo ‘Orval’ à l’auberge de l’Ange Gardien

Midi, nous arrivons à Orval dans les temps.

Je cherche une place près de l’abbaye et me mets dans une place d’un parking en épi. Je me colle près du muret à l’avant et descend vérifier que je ne dépasse pas à l’arrière. Raté ! L’arrière du camping-car bloquait totalement une des files de la route. Cela aura moins fait rire un passant qui a vu mon air lorsque je me suis aperçu de mon erreur. 7,45m, c’est décidément beaucoup plus qu’une voiture.

Je n’étais plus venu à l’auberge de l’Ange Gardien depuis au moins 10 ans. Je n’avais donc jamais vu les transformations opérées sur l’auberge. Nous y avions passé 15 jours excellent lorsque j’avais 12 ans (il y a presque 30 ans) et j’avais donc peur d’être fort déçu par ces changements.

Il n’en était rien ! Les transformations ont été faites avec goût. Si on peut reprocher aux nouveaux propriétaires d’avoir agrandi l’auberge pour en faire quelque chose de plus commercial, l’ancien propriétaire l’était au moins autant (je me rappelle d’enveloppe laissé aux chauffeurs de bus et la façon dont il traitait ses employés). Seule la nostalgie peut faire préférer l’ancien bâtiment.

IMG_0893
Bac d’Orval dans le Camping-Car

Repas correct (assiette ardennaise – avec un petit bout de pâté Gaumais – pour ma part, Orvaliflette pour maman et la grande, hamburger au fromage d’Orval pour la petite) et prix pas exagéré pour un endroit touristique.

Comme prévu, nous passons l’après-midi dans l’abbaye d’Orval. Elle est encore plus belle que dans mes souvenirs. Silence et grandeur. Je ne pourrais pas être moine mais vivre là ne doit pas être désagréable.

Devant l’entrée de l’abbaye, des diables plein de bacs d’Orval défilent. Leurs futurs propriétaires ont l’air content. Vu la rareté de cette bière en magasin, je ne peux pas partir sans faire mon stock aussi.

La route vers Poupehan est sportive. On se croirait dans les Vosges.

IMG_0885
Reception et bar du camping

17h. Nous arrivons au camping de l’île de faigneul à Poupehan. Encore une fois, accueil très agréable. Un peu plus cher qu’hier (28,75€). Cadre plus agréable (entouré d’eau et de forêt) et plus silencieux. Par contre, bien que très propre, les sanitaires sont moins bien: moins nombreux et pas de papiers WC. Pas d’animation non plus pour les enfants (hormis une petite plaine de jeu)

Le camping se trouvant dans une vallée, pas de TNT ce soir. Les voisins ont prévu le coup avec leur antenne parabolique. Je pensais vraiment que la TNT portait mieux et suis, pour l’instant, assez déçu…

Heureusement que j’avais prévu une clé USB avec quelques films. Nous avons regarder La bonne planque, pièce de théâtre en noir et blanc avec Bourvil. J’ai rarement vu les filles autant rire devant la télévision. Je n’espérais pas un si bon accueil.

The following two tabs change content below.
Moi

Derniers articles parmiguel (voir tous)

Laisser un commentaire