LaSemo – Sortie 4

La saison 2018 recommence et j’ai un peu de retard dans mes textes. Retour donc sur 2017…

LaSemo 2017 Р10e ̩dition.

Premier festival depuis longtemps et premier festival en camping-car tout court.

Cela fait très longtemps que nous voulions aller à ce festival. Cette année, la programmation était telle qu’ils nous étaient impossible de ne pas y rendre: Daan et Asaf Avidan pour moi, Saule pour Vinciane, Les Fatals Picards pour Emelyne et Hooverphonic pour tout le monde !

J’ai pris congé vendredi après midi histoire d’arriver un peu en avance. Les campeurs tentes avaient eu la même idée…

Notre arrivée en camping-car surprend le responsable du camping, qui même si il savait que nous étions autorisé, avait du mal à nous placer. Mais pleine de bonne volonté, il nous trouve un emplacement juste derrière un autre camping-car. Nous sommes prêts à profiter de ce gros week-end. Par contre, pour notre départ, cela risque d’être plus compliqué vu le peu de liberté de mouvement dont nous disposons.

Nous arrivons dans le parc via le jardin du fleuron et sommes déjà enchantés. Habitant à moins de 20 km d’Enghien, nous n’avions pourtant jamais eu l’occasion d’y aller. Ce parc est très beau.

Nous faisons un petit tour rapide avant le concert de Wuman. Les filles (et surtout Zoé) sont conquises. Le tour des food-trucks donne une ambiance multiculturelle excellente (un petit air de Camden Town à Enghien) et nous adorons cela. Nous rencontrons aussi beaucoup de personnes que nous connaissons: c’est un des avantages d’un festival près de chez soi.

Fichier 22-08-17 15 45 20
Asaf Avidan

Nous connaissions déjà Wuman: le frère d’un collègue fait partie du groupe. Bonne ambiance pendant le concert assez court: le groupe est tout jeune et n’a pas encore beaucoup de morceaux à son actif.

Vinciane, qui travaillait toute la journée, nous rejoint pendant le concert

Deuxième concert, et ici tous ensemble: Nicolas Michaux. Je ne connaissais pas et j’ai été agréablement surpris. Belle voix, belle mélodie.

Cocoon. Encore un groupe dont nous ne connaissions pas le nom. Pourtant, certaines de leurs chansons ne nous sont pas inconnues.

Asaf Avidan. Une des mes grosses attentes du week-end. Je suis presque un des seuls à aimer à la maison. Sa voix criarde peut, en effet, être désagréable pour certains. Très grand concert: cet artiste met le feu à la scène. Tout le monde semblait conquis à la sortie.

Le bilan de la journée est déjà pas mal. Pour notre premier festival depuis plus de 15 ans, nous n’avons pas à nous plaindre.


Samedi matin, petit tour au marché bio. Il n’est pas très grand mais nous achetons à presque chaque échoppe. Mention spéciale aux petites tomates pleine de goût.

Brunch vite fait et direction le parc.

Nous profitons du peu de monde à l’Amusoir pour y essayer quelques jeux. Jeu de société proposé par Asmodée et parties de kicker.

La Horde. Groupe médiéval pirate. C’est eux qui l’ont dit. Mention spécial à leurs reprises de tubes des années 90 en mode pirate à la fin du concert.

Entre nos multiples collations, nous passerons une petite partie à l’espace Zen. Massages pour certains, repos pour d’autres autour d’un livre et de joints. Ce festival n’a visiblement pas ambition de les bannir. L’odeur est omni-présente où que l’on aille. C’est un peu dommage pour un festival familial mais je comprend que c’est compliqué d’interdire cela à une partie de leur population cible.

Fin de soirée, nous finissons par les deux gros concerts de ce samedi: Daan et Hooverphonic.

Fichier 22-08-17 15 47 36
Isolde & Daan

Daan. J’adore le personnage et sa voix à la Johnny Cash. Il arrive, tel un play-boy, en costume cravate. La classe ! Une première partie de concert moyenne: il reprenait les chansons de son dernier album presque par obligation alors que j’apprécie plus ses anciennes. La deuxième partie, par contre, est excellente: tous ses bons morceaux y passent. Il se donne à fond, on voit que cela lui fait plaisir de les chanter. Plaisir partagé.

Alors que nous étions assis sagement sur les côtés jusqu’à maintenant, nous avons décidé de nous mettre à 2 mètres devant la scène à partir de la moitié du concert. C’est là que cela se vit ! Le festival étant assez familial, cela ne posait aucun problème que les filles soient avec nous tout devant.

Fichier 22-08-17 15 48 22
Hooverphonic

Hooverphonic. Le gros événement du week-end pour la plupart des festivaliers. Nous avions un peu peur que, suite au départ de ses chanteuses, cela soit moins bien mais nous avions tort.

Arrivés 20 minutes avant le debut, la scène nous envoie déjà du rêve avec un emplacement pour l’orchestre. Nous imaginons André Rieu remplacer notre groupe flamand préféré (N’est-ce pas Pascal).

Les Corona sont mises a disposition des artistes et ils arrivent: 19 personnes sur la scène: 4 pour le groupe, 1 chanteur, 2 chanteuses, 11 violonistes et une traductrice pour les malentendants. C’est impressionnant.

Ils commencer directement par du lourd, et véritable usine à tubes, les 90 minutes passeront trop vite. Pas le temps de récupérer d’une musique que l’on adore pour passer à la suivante.

Extraordinaire ! Vraiment le meilleur concert du week-end (Asaf et Daan, vous n’avez pas démérité pour autant)


Fichier 22-08-17 15 48 58
Saule

Le dimanche est pareil au samedi tout en se rappelant que c’est déjà le jour du départ.

Jeux et dernier tour sur les stands au programme.

Sieste à nouveau au coin Zen. Nous n’avons pas envie de retourner travailler demain.

Saule. Pas spécialement fan de prime abord mais il sait gérer son public. Belle surprise.

Fichier 22-08-17 15 52 12
Les Fatals Picards

Les Fatals Picards. Je connais depuis 15 ans et Emelyne en est très fan. Malheureusement, je ne connais et n’ai donc pas fait partager en famille les derniers albums. Donc, malgré un concert très festif, Emelyne a fort été déçue de pas entendre ces chansons favorites (mis à part Chasse, pêche et biture).


Un seul petit bémol pour le problème technique avec le payement cash-less de Emisys. Tous les payements officiels (bar, stand d’info, …) se faisait en cash-less via le bracelet NFC. Quand le système fonctionne, il est excellent: vision de son solde via le smartphone en temps réel (ce que l’on ne peut toujours pas faire avec la carte Mobib – ça, c’est pour mon côte transport en commun), pas d’argent à avoir sur soi et rapidité de paiement. Ici, au festival, le système ne fonctionnait pas souvent. Les tablettes reliées au système de paiement perdaient souvent leur connection Wifi. Les serveurs, n’étant pas spécialement informaticiens, ne savaient pas toujours comment se reconnecter et ceux qui savaient ne le pouvait pas toujours. En dehors du mécontentent des clients, il est certain que cela leur a diminué les consommations au bar: il y a des beaucoup points d’eau gratuites dans le parc et certains se déplaçaient au Delhaize tout proche pour s’approvisionner en boisson. Pour les food-trucks, c’étaient moins dérangeant: ils permettaient aussi le paiement en liquide et le système cash-less les embêtaient plus qu’autres choses.

La conclusion maintenant: nous y retournerons l’année prochaine. Reste à voir la programmation mais je fais confiance à la directrice artistique 🙂

Si nous pouvions juste avoir Pierre Lapointe et Typh Barrow, nous serions déjà content.

Niveau camping-car, nous commençons à gérer une totale autonomie. Le soleil était suffisant pour recharger la batterie. Le 230v n’était donc pas nécessaire.

Laisser un commentaire